L'ENVOL – Centre médicalisé de loisirs pour les enfants européens Centre Henri Tézenas du Montcel

Derrière ce nom « L’Envol » se cachent de multiples facettes. Communément, on pourrait l’associer à un centre aéronautique ou tout du moins à une activité qui s’en approche. Mais la vérité est, en partie, ailleurs... Certes la symbolique du nom n’est pas anodine, mais « L’Envol », c’est d’abord un centre médicalisé offrant divers loisirs à des enfants souffrant de toutes sortes de pathologies.


Au coeur d’un parc forestier somptueux, le château d’Echouboulains ouvre chaque année ses portes, à la belle saison, pour accueillir des enfants de tous les horizons, ainsi que leurs familles, amis, le temps d’un séjour qui se veut hors du commun. L’Envol, c’est donc avant tout un lieu privilégié pour se retrouver dans un contexte hors du train-train quotidien, se détendre, vivre autrement, se ressourcer, aussi bien pour les enfants, que pour les parents qui peuvent se consacrer librement à ce qu’ils aiment. Lorsque, comme moi, on met la première fois les pieds à l’Envol, on est d’ores et déjà enchanté par cette opportunité, car l’Envol est un établissement dont la bonne réputation a largement dépassé les frontières de la Seine & Marne.


A peine franchi le grand portail de l’entrée, on se laisse bercer par la beauté et le charme du lieu, et on comprend tout de suite pourquoi cet endroit dégage, chez ceux qui y vont, tant d’enthousiasme. Mais ce qui est probablement encore plus impressionnant, c’est l’accueil qui est réservé aux nouveaux arrivants. Et bien qu’adulte, on a envie de trépigner de joie comme les enfants, de se précipiter faire la fête avec les animateurs et partager des instants très précieux, même dès la sortie du bus!


Pour beaucoup d’enfants, ce n’est pas le premier séjour et certains d’entre eux reprennent vite leurs petites habitudes. Cependant, même les petits nouveaux embrayent rapidement le pas, parce qu’ici, on n’a pas tellement besoin de forcer les rencontres. On n’a pas besoin de donner d’explications. On n’a surtout pas à craindre le regard des autres. On a le droit d’être soi entièrement. Ca ne veut pas dire que la vie qui s’écoule à l’Envol soit idyllique : c’est une vie à part entière comme les autres, comme l’envisage les enfants avec des jeux, des boums, des rencontres, des moments de tristesse, de colère… la seule différence ici réside dans l’Humanité. Personne n’émet de jugement arbitraire, de critiques ou ne se laisse emporter par de faux-semblants. Chaque personne, quelle qu’elle soit, trouve un sens particulier à sa présence à l’Envol et chacun respecte cela, respecte l’autre.


Dans ce sens, il est vrai que tout le fonctionnement de l’Envol en est optimisé, tout est fait pour que ce séjour soit réussi au mieux. On oscille agréablement entre le « Normal » et « l’Extraordinaire ». Et c’est vrai qu’en une semaine, chacun vit à un rythme émotionnel fort. Il n’y a qu’à observer les enfants. Ici, ils vivent leur vie naturellement, comme cela les chante (même si tout est subtilement encadré). Ils sont libres de choisir leurs activités, on respecte aussi leur rythme, leurs bons et mauvais jours et il y a surtout toujours quelqu’un de disponible pour eux. L’Envol, c’est une « parenthèse » dans l’année qui permet à chacun d’être authentique avec soi-même et du coup avec les autres. Quelque part, on y réapprend à se sentir bien en soi, tel que l’on est malgré la maladie, la peur, les craintes du lendemain… Les enfants, comme les parents, semblent se réapproprier leur être, mais aussi au-delà de cela, ils semblent redécouvrir certains plaisirs et bonheurs, la vie tout simplement. On y apprend à accepter ce qui est douloureux, on le partage et on essaye de faire en sorte que cette expérience et ce vécu nous fasse grandir.


On y apprend aussi qu’on a le droit d’avoir des émotions, d’être triste, d’avoir peur, mais surtout on apprend à les gérer, à ne pas se laisser envahir. Tout cela se fait naturellement, aussi bien dans les ateliers d’Arts Plastiques, qu’en piscine avec Joël Fery ou encore au détour d’une conversation informelle…


Et puis à l’Envol, il y a la montgolfière, projet extraordinaire comme on en voit encore trop peu! C’est incroyable de voir la cohésion que cette création suscite aussi bien chez les enfants que les adultes. Ce projet est vraiment fédérateur et montre qu’ensemble on peut avec l’aide de l’autre réaliser de grandes choses… Et le rêve de s’envoler, d’être plus léger réapparaît. Chacun y verra ce qu’il veut y voir et les ressentis de tous sont probablement très subjectifs cependant la symbolique est forte, quel que soit le sens qu’on lui donne.


C’est en tout cas montrer que les rêves (même les plus fous) sont réalisables pour peu qu’on s’y mette à plusieurs et que l’entraide soit au rendez-vous. Il y a tant de choses à dire sur l’Envol qu’on ne peut se contenter d’essayer de le décrire. Les souvenirs se bousculent, mais c’est surtout une expérience à vivre sur place. Pour ma part, j’en retiendrai les nombreuses rencontres faites et tous ces petits bonheurs partagés avec les enfants lors des spectacles, des soirées… J’espère seulement que cette « micro société » puisse un jour répandre l’Amour qu’elle procure au-delà de ses frontières, dans le coeur de chacun.

Laetitia Damon, psychologue clinicienne

http://www.lenvol.asso.fr 

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus